Menu icoMenu232White icoCross32White
<
>

Les entreprises face au Covid-19 :
Comment aborder cette crise ?

 

La crise sanitaire en cours et les mesures de confinement décidées par notre gouvernement affectent significativement, et sans doute durablement, toute la vie économique, et les chefs d’entreprise sont en première ligne. A ceux qui nous lisent, nous voulons transmettre tout notre soutien et toute notre considération, car la période qui s’annonce sera pleine de défis.

S’adapter à une situation mouvante

Le premier défi sera d’estimer rapidement l’impact de la situation sur leur activité, ainsi que les mesures qu’ils peuvent prendre pour la préserver au mieux et atténuer les risques qui pèseront sur leurs entreprises. Cette estimation n’a rien de figé : ce qui était vrai la semaine dernière ne l’est plus cette semaine. Un fournisseur qui ne livre plus, et c’est un atelier qu’il faut fermer. Dans le même temps, et il est dans son rôle, le gouvernement nous rappelle que le travail est le régime normal, et que le chômage partiel, doit absolument rester un régime d’exception. L’exercice qu’il faut conduire est donc un exercice d’adaptation permanente de l’organisation de l’entreprise à une situation fluctuante.

Adopter des règles de protection sanitaire strictes

Telle entreprise que nous connaissons était fermée pendant les 2 premières semaines de confinement, et ré-ouvre son atelier avec 1 ouvrier sur deux, de façon à écouler le carnet de commandes tout en introduisant des règles de distanciation minimales pour réduire les risques de contagion. Telle autre entreprise, une entreprise de maintenance, met en place lé télétravail en alternance matin/après-midi, car elle a besoin de techniciens de réparation dans son atelier, mais là encore en introduisant des règles pour éviter la propagation du virus. Et que dire de tous les chefs d’entreprise qui cherchent des masques, des visières, du gel hydroalcoolique faute de quoi elles ne pourront pas rouvrir.

Bâtir un plan de trésorerie adapté

Comme toujours en période de crise, « cash is key ». L’établissement d’un plan de trésorerie « de combat » devient une stricte nécessité, pour éviter la navigation à vue. Et là interviennent toutes les possibilités nouvellement offertes de report d’échéances diverses : le cadre juridique existe maintenant pour évoquer des reports d’échéances fiscales, sociales, de loyer, de financement. Et même d’eau et d’électricité pour les entreprises les plus petites ! Le gouvernement a mis sur pied un arsenal de mesures, dignes d’un vrai Plan Marshall, destiné à aider chaque entrepreneur en allégeant les mensualités des premiers mois de la crise. Ce plan est sans précédent dans l’histoire des dirigeants en activité. Il est complété par le dernier volet, exposé ci-dessous, inédit en termes de financement.

Accéder aux ressources nouvelles de financement : le « PGE »

Clé de voûte du plan Marshall mis sur pied – on évoque au global le montant astronomique de 330 milliards d’euros – l’Etat met en place une manne financière, sous forme d’une contre-garantie apportée par la BPI aux banques qui en assureront la distribution, grâce au « Prêt Garanti par l’Etat » (PGE). Le PGE, dont le montant peut atteindre 25% du dernier Chiffre d’Affaires, se substitue tout simplement au Chiffre d’Affaires des 3 prochains mois, pour les entreprises qui seront touchées et qui ne parviendront pas à réduire leurs charges : il en va, par exemple, d’un zoo qui doit fermer ses portes au public, mais qui doit conserver l’intégralité de son personnel pour continuer à s’occuper des animaux. Il en va aussi pour une partie des groupes hôteliers qui, bien qu’ayant fermé leurs établissements, doivent mettre en place une permanence pour le gardiennage de leurs sites. 3 mois de Chiffre d’Affaires sous forme de prêt, c’est à la fois un financement totalement inédit, mais aussi une épée de Damoclès pour l’avenir : car ces sommes auront vocation à être remboursées un jour…

Nous pouvons malheureusement anticiper que, quelle que soit la durée du confinement, il y aura un passage difficile pour les PME à l’automne 2020 : à la reprise il faudra tout à la fois : financer la ré-augmentation du BFR avec des trésoreries qui auront été pressées, rembourser toutes les échéances de printemps qui auront été décalées et qui viendront s’ajouter aux échéances courantes de l’automne. Et il faudra aussi prendre la décision soit de rembourser le PGE, soit de reporter son remboursement sur les années à venir – ce sera possible jusqu’à 5 ans après une année de franchise – mais dans tous les cas il s’agira de prendre un solide pari sur le futur …

Dans cette période inédite, le rôle d’une association comme XMP-Entrepreneur est plus que jamais d’éclairer la route, et de nous tenir aux côtés de nos membres, ceux qui ont déjà entrepris comme ceux qui s’apprêtent à le faire, pour anticiper ce qui peut l’être en partageant avec eux ce que l’expérience des crises précédentes nous a appris.

Frédéric Ruppli
Président de XMP-Entrepreneur

PS : l’ensemble des mesures gouvernementales à destination des entreprises et des startups connues à fin Mars 2020 est consultable dans les deux documents postés sur notre site, et auxquels vous pouvez accéder par les lien suivants :

- Plan d'urgence de soutien dédié aux start up
- Fiche pratique par mesure de soutien

Agenda de nos prochaines réunions

 

Nos derniers témoignages

 

Mai 2019

Témoignage de Alexandre JOHANN

CEO de Kostango, spécialisée dans la conception de solutions digitales de pilotage pour les entreprises industrielles.

 

 

 

Mars 2019

Témoignage de Nicolas ALIACAR

X 1997, Repreneur de la société EVOLTEC, spécialisée dans les travaux sur les lots de fluides (électricité, plomberie CVC). 2M€ de CA

 

 

 

 

 

Janvier 2019

Témoignage de Cédric SAUVIAT,


(X92 puis Ponts 97) Cédric bénéficie d' une expérience passionnante
de plus de douze ans au sein du groupe Vinci Construction

 

Fermer En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et notre Politique de Confidentialité. En savoir plus